Vous lisez
DJI RS 2 et DJI RSC 2 : L’essentiel en 5 minutes

Je vous présente aujourd’hui le DJI RS 2 et le DJI RSC 2, les successeurs du Ronin S et du Ronin SC. J’ai eu la chance de les tester en avant première et je vais donc pouvoir vous aider à choisir celui qui répond le mieux à vos besoins. Voici donc mon avis objectif et transparent sur leur nouveau design et les nouvelles fonctionnalités.

Si vous souhaitez acheter ces gimbals tout en soutenant mon travail, vous pouvez utiliser les liens affiliés ci-dessous :

DJI RS2 - Olivier Schmitt

Le RS2 pèse environ 500g de moins que le Ronin S grâce à sa structure en partie en carbone. Il peut embarquer une caméra bien plus lourde car il supporte une charge maximale de 4,5kg contre 3kg pour le Ronin S.

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt
Le RSC2 quant à lui pèse 50g de moins que le Ronin SC et peut embarquer 1kg de plus que son prédécesseur, soit 3kg.

DESIGN & ERGONOMIE

Les principales nouveautés en termes de design sont nombreuses.

L’ECRAN
DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Mode

Vous l’aurez remarqué, les deux gimbal possèdent enfin un écran (et en couleurs !). Seul, le RS2 a un écran tactile (d’ailleurs le tactile fonctionne vraiment très bien !). Pour le RSC2 qui n’a pas hérité du tactile, l’écran se commande à partir d’une molette et d’un bouton et cela fonctionne très bien aussi. Ainsi plus besoin d’un smartphone pour changer les réglages du gimbal. Cependant, j’ai une réserve concernant la durée de vie de l’écran tactile car j’ai bien peur de rapidement le rayer ou de l’abimer dans mon sac ou sur un tournage. J’aimais beaucoup la solidité et le côté passe partout du Ronin S, je pouvais le maltraiter sans crainte. Ce ne sera pas le cas ici avec le RS2.

LA FACE AVANT

Sur la même face où se trouve l’écran, vous allez retrouver un joystick, un bouton M pour changer de mode de stabilisation et un bouton REC pour lancer l’enregistrement si votre boîtier est compatible.

LES BOUTONS D’ÉCRAN

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Mode

Petite particularité sur le RSC2, étant donné que l’écran n’est pas tactile, une molette et un bouton sont situé sur le côté pour naviguer dans les menus. Honnêtement ça fait très bien le job.

LA MOLETTE

Une molette a fait son apparition, elle vous permet de modifier un peu ce que vous voulez selon la compatibilité de votre boîtier et optique : les ISO, la vitesse d’obturation, ouverture ou bien évidemment la mise au point à l’aide d’un follow focus ou directement via votre boîtier et optique s’ils le permettent.

LE TRIGGER

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Trigger

En dessous de la molette, le trigger, classique, qui permet par défaut de passer en mode lock.

LES AXES

Vous avez aussi bien sûr la possibilité de bloquer les différents axes pour transporter les gimbals de façon plus sur. Le premier Ronin SC avait déjà cette option mais pas le Ronin S. C’est pratique oui, mais sur ces nouvelles versions les verrous sont assez gros et il m’est arrivé plusieurs fois qu’un axe se lock sans que je ne m’en rende compte.

LA RECHARGE USB-C

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - USB C

Pour recharger les stabilisateurs, vous retrouverez un port USB-C sur le haut du RSC2, puisque celui-ci ne se démonte pas, ce port USB n’est pas protégé contre la poussière ou les projections d’eau, c’est un peu dommage. Sur le RS2 le port USB-C se trouve sur la poignée et il est protégé par un cache. A noter que sur le Ronin S il se situait sur le module principal ce qui n’était, à mon sens, pas très pratique car vous ne pouviez pas recharger la batterie de façon indépendante.

L’AUTONOMIE

DJI annonce 12h d’autonomie pour le RS2 et 14h pour le RSC2, de quoi tenir sans soucis sur vos tournages… Je n’ai pas testé ce caractéristique mais étant donné que je n’ai jamais été en galère de batterie sur toute une journée de tournage avec les précédentes versions, je fais confiance à DJI.

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Plateau

Ces nouveaux gimbals possèdent un nouveau plateau rapide au standard Manfrotto qui intègre un standard Arca à 90°. Sur le papier c’est très pratique puisque ça vous permet de détacher et refixer votre boîtier sans perdre l’équilibrage. C’est d’ailleurs ce que j’avais fait sur mon Ronin S. Mais, malheureusement le système Arca proposé n’est pas compatible avec le plateau PeakDesign en raison d’un soucis d’épaisseur du mécanisme de fixation. Gros gros regret ici pour moi car le plateau DJI n’est, lui aussi, pas compatible avec le PeakDesign… Pour moi qui ai l’habitude de fixer mon boîtier sur le torse tout en tenant le gimbal nu à la main, c’est un vrai point noir ! On y était presque ! C’est dommage. J’ai tout de même vérifié si je pouvais utiliser mon ancien système avec le plateau du Ronin S, c’est aussi un échec.

LE RÉGLAGE DU PLATEAU

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Plateau

Le nouveau plateau du RS2 offre la possibilité d’affiner l’équilibrage grâce à un rail cranté et une molette, vraiment pratique pour le coup ! Cette option n’est pas dispo sur le RSC2.

L’ENCOMBREMENT

Les gimbals, même les plus optimisés, prennent souvent beaucoup de place dans nos sacs ! Commençons par le RS2, qui, de façon très classique se démonte en 3 parties. Par contre le RSC2 apporte une nouveauté puisque celui-ci se plie.

LA CONNECTIQUE

Côté connectique vous retrouverez sur les deux 3 ports USB-C qui sert au branchement du boîtier ou des accessoires.

ACCESSOIRISATION & MODULARITÉ

Côté accessoire, DJI a ajouté de belles options que les prédécesseurs du DJI RS2 et du DJI RSC2 n’avaient pas !

LE MODULE « RAVENEYE »

DSC03243

Une des grandes nouveautés c’est ce nouveau module Raveneye, qui vous permet via une connexion HDMI et wifi de visualiser ce que vous filmez directement sur votre smartphone. Est-ce que je pense l’utiliser ? Pas vraiment car je n’aime pas utiliser mon smartphone pour ce genre de choses. Néanmoins, l’idée reste intéressante et potentiellement utile pour certains d’entre vous. Et qui sait, peut-être qu’un jour ça me sera utile. En attendant, ce qui est bien plus pratique c’est la possibilité de voir ce que vous cadrez directement sur l’écran du gimbal. Écran minuscule et inutilisable pour cadrer vous allez me dire, et vous auriez raison, MAIS dans cette configuration très simple vous avez la possibilité d’activer le mode ActiveTrack sans avoir besoin de votre smartphone ! Vous avez juste à appuyer une fois sur le trigger à l’avant pour activer ou désactiver le mode et vous pourrez visualiser le tracking sur ce petit écran. Et ça clairement c’est de la folie ! Moi qui préfère toujours tout faire manuellement, je dois avouer que je suis séduit par cette option que je pense clairement utiliser sur certains tournages corporate ou événementiel par exemple. Reste à voir la fiabilité du suivi, d’après mes premiers tests, ça fonctionne bien mais il ne faut pas non plus trop en attendre.

LE FOLLOW FOCUS

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Follow Focus

L’un des gros avantages du DJI RS2 et du DJI RSC2, c’est la molette intégrée au gimbal pour utiliser le follow focus. Vous pourrez donc utiliser soit le système de follow focus de DJI, soit directement changer le focus via votre boîtier et optique s’ils sont compatibles. Simple efficace, rien à redire à ce niveau.

LE CONTRÔLE DU BOÎTIER

Le dernier port USB-C vous permet de connecter votre boîtier au gimbal et donc de le contrôler en partie. Je ne vais entrer ici dans les détails car tout dépend ici de votre boîtier, mais dans l’idée vous pouvez avoir accès (ou pas) au focus, on vient d’en parler, à la prise de vue photo ou au rec vidéo, aux ISO, à l’ouverture, à la vitesse d’obturation,… Avec les boîtiers Sony c’est toujours très limité donc je n’ai pas l’habitude d’utiliser ces options.

LES SUPPORTS NATO

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Nato

Côté accessoirisation avec d’autres modules, vous disposez de deux attaches Nato sur les côtés. Très pratique en soi, mais j’aurais vraiment apprécié que DJI dote ses gimbals d’une sortie HDMI sur le manche pour récupérer le flux HDMI du module RAVENEYE. Car si vous utilisez ce dernier vous ne pourrez pas brancher un écran externe car votre port HDMI est déjà utilisé. Seule solution, passer d’abord par l’écran externe puis en ressortir pour finalement entrer dans le module RAVENEYE. Vraiment pas idéal. DJI, si vous m’entendez, s’il vous plait, ajoutez une sortie HDMI sur le gimbal ! Ce serait dingue !

LE MODE « BRIEFCASE »

DJI RS2 et DJI RSC2 - Olivier Schmitt - Briefcase

 


LES MODES

Vous retrouverez bien évidemment tous les modes habituels sur ces 2 nouveaux stabilisateurs DJI, à savoir :

  • SmoothTrack
  • Sport
  • Lock
  • Panorama
  • Timelapse
  • Track
  • 3D Roll 360
  • FPV
  • ActiveTrack
  • ForceMobile
  • Portrait

Mais aussi deux nouveaux modes :

  • Time Tunnel : Combinaison d’un hyperlapse avec un Roll 360.
  • SuperSmooth : Meilleures performance des moteurs pour supporter de plus grosses charges et être plus précis avec de longue focales.

Voici un tableau récapitulatif des caractéristiques des stabilisateurs DJI RS2 et DJI RSC2 ainsi que leur prédécesseur.

Ronin S DJI RS 2 Ronin SC DJI RSC 2
Prix (Standard/Combo Pro) 499€ / 749€  759€ / 899€ 359€ / 459€ 429€ / 629€
Poids 1,84 1,3 1,25 1,2
Charge max. 3,6 4,5 2 3
SmoothTrack Oui Oui Oui Oui
Sport Oui Oui Oui Oui
Lock Oui Oui Oui Oui
Panorama Oui Oui Oui Oui
Timelapse Oui Oui Oui Oui
Track Oui Oui Oui Oui
3D Roll 360 Oui Oui Oui Oui
FPV Oui Oui Oui Oui
ActiveTrack Oui Oui Oui Oui
ForceMobile Oui Oui Oui Oui
Portrait Oui Oui Oui Oui
SuperSmooth Non Oui Non Oui
Time Tunnel Non Oui Non Bientôt
Gaming Controller Oui Oui Oui Oui
Lock des axes Non Oui Oui Oui
Plateau rapide Non Oui Non Oui
Ecran Non Oui Non Oui
Pliable Non Non Non Oui
Carbone Non Oui Non Non
Briefcase Non Oui Non Oui
Autonomie 12h 12h 11h 14h
Recharge Sur le module
principal
Sur la poignée Sur le module principal Sur le module principal

 

Si vous souhaitez acheter ces gimbals tout en soutenant mon travail, vous pouvez utiliser les liens affiliés ci-dessous :

Qu'avez-vous pensé de cet article ?
J'aime
50%
Merci
50%
Pratique
0%
Incomplet
0%
Rien de neuf
0%
A propos de l'auteur
Olivier Schmitt
Photographe professionnel, originaire d'Alsace (France), ancien Directeur Technique sur les films d'animation "Minions", "Moi, Moche et Méchant" et "Le Lorax".
Commentaires
Laisser une réponse

Laisser une réponse